11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 22:46

Je me rends compte que de nombreuses personnes sont dépitées par la présence de taupes dans leur jardin, pendant la période hivernale. Pourtant, quand on sait s'en débarrasser, c'est très facile!

Il y a 50 méthodes pour piéger ou faire fuir les taupes, une majorité d'arnaques et seulement 2 méthodes très efficaces: celle des pétards (la notice est très bien faite, et il faut la suivre scrupuleusement) et la bonne et vieille méthode des pièges à pinces. La première coûte très cher, et la seconde quasiment rien. Le choix est vite fait.

Tous les ans, je piège entre 10 et 20 taupes autour de ma maison. En 3 ans, j'ai éliminé toutes les taupes qui étaient présentes sur les 3,5ha de prairie. Maintenant, je rends service aux voisins. Les taupes reviennent dans les anciennes galeries, mais elles n'y font pas un long séjour...et petit à petit, les galeries se rebouchent.

 

Sur internet, je n'ai pas trouvé d'explications claires et précises, indiquant la méthode de pose des pièges à pinces. Je vais donc essayer de vous aider, étape par étape, choix du matériel, choix du lieu de pose...

  • Choix du matériel:

 

Les pièges sont vendus par 2, et c'est très bien, car on les pose généralement par 2. Dans le même emballage, il y a souvent 2 "carrés" et un écarteur. Le carré sert à maintenir les pinces écartées, et l'écarteur sert à mettre le carré en place.

 

J'ai acheté en supplément une pince spéciale pour ouvrir le piège, qui est 100 fois plus efficace que l'écarteur en tôle.

 

Il faut une petite truelle "langue de chat" de 16cm, pour creuser la terre.

 

Quand le piège est en place, je plante dans l'anneau un bout de fer à béton de 10 (affûté, c'est plus facile). Ce fer à béton a 3 fonctions: repérer l'endroit, retenir le piège lorsque la taupe pousse la terre et éviter que le renard nous embarque le piège en voulant manger la taupe.

 

Le chiffon, sert à nettoyer les outils, mais surtout à poser un genou à terre, car il faut prendre son temps pour bien placer les pièges.

 

Sur les pièges, il faut faire deux choses avant de les utiliser: raccourcir à la scie à métaux les doigts (30mm maxi, voir photo), et attacher le carré avec une petite ficelle nylon tréssé pour éviter de le perdre.

 

Pour mettre en place le piège dans le trou de la taupe, il faut éviter d'agrandir ce trou. Juste le minimum. Dans ce but, je raccourci les doigts, et j'utilise des carrés le plus petit possible. J'ai des carrés à 23mm de côté qui vont très bien, d'autres à 24mm, et enfin d'autres neufs et inutilisables à 30mm. Un carré, c'est facile à fabriquer ou à modifier.

 

Dernière observation: Je n'utilise jamais de gants. Souvent, je retire de la terre avec la main, et cela ne gêne en rien la reine du sous-sol.

 

  • Choix de la taupinière à piéger:

Les taupes ont 2 types de zones où elles circulent: le quartier résidentiel et le territoire de chasse. Le quartier résidentiel est placé de telle sorte qu'il ne soit pas inondé par temps de fortes pluies, donc sur un endroit relativement sec. Le territoire de chasse, c'est évidemment le lieu où se trouvent les vers de terre, et donc aussi le lieu où les taupes créent le plus de taupinières.

On peut donc piéger soit près du premier lieu, soit aux extrémités du second. De toute façon, il faut choisir des taupinières où il y a eu une activité récente.

Sur la photo ci-dessous, le quartier résidentiel est situé dans l'angle de la clôture, et la taupinière choisie se trouve sur un alignement, probablement un axe pour aller se nourrir.

 

 

Voici un autre exemple de taupinières où apparaît une activité récente sur celle de gauche, qui sera également choisie:

 

 

  • Creusement d'un trou:

 Il faut en premier lieu, arraser la taupinière:

 

Puis, on repère la direction du trou avec le fer à béton: 

 

Le trou de la taupinière rejoint toujours la galerie principale 15 à 20cm plus bas:

 

 

Il y a donc 2 galeries qui débouchent dans notre trou, où l'on va donc poser 2 pièges.

 

Galerie de gauche:

 

Galerie de droite:

 

 

  • Installation des 2 pièges:

Mise en place du carré avec la pince:

 

On pose le piège au fond du trou devant l'une des galeries, puis on le pousse dans la galerie:

 

Préparation du second piège:

 

Lorsque les deux pièges sont dans les galeries, on enfonce dans la terre les 2 fers à béton, en passant au travers de l'anneau:

 

Depuis l'extérieur, on peut voir si le piège est déclenché ou pas, sans toucher à quoi que ce soit:

 

Pose des pièges à la seconde taupinière:

 

Il ne faut pas recouvrir les trous par de la terre. Ainsi la taupe va repérer qu'il y a une ventilation supplémentaire dans ses galeries, et viendra rapidement reboucher. Eventuellement, on peut mettre une planche pour protéger l'installation, mais il faut garder le passage de l'air.

 

Il y a souvent des cas particuliers. On peut creuser un trou et avoir un départ vers 3 galeries au lieu de 2. Il m'est arrivé également de ne mettre qu'un seul piège verticalement dans la galerie de surface, sans creuser de trou. Dans ce cas, le piège sera déclenché plusieurs fois sans prise, mais un jour où l'autre...

 

En général, je pose les pièges le matin et je contrôle l'état des pièges le lendemain matin également. Si nécessaire, je nettoie l'entrée des galeries et je remets les pièges en place. Il est arrivé à mon cousin, de prendre jusqu'à 8 taupes dans la même installation.

 

Voir les précisions complémentaires du 20 septembre 2013:

http://cm64.over-blog.fr/précisions-sur-le-piégeage-des-taupes

 

Partager cet article

Published by cm64 - dans Taupes
commenter cet article

commentaires

JEF le taupier 10/02/2012

Problème avec tes méthodes c'est que si tu erradiques tout ton cheptel, tu n'auras plus à l'heure exacte !
Avant tu pouvais dire " à la quatrième taupe il est exactement....."
Bon plus sérieux, j'avais souvent entendu dire qu'il ne fallait pas toucher directement les outils et pièges, qu'il fallait porter des gants usagés et utilisés dans la terre. Ceci en raison de
l'odorat des taupes.
Tu as plus d'infos ????
JEF

stephane PORTE 11/02/2012

La Méthode de Christian fait ses preuves dans tout le voisinage.
A quand un blog sur la généalogie ?
Ou sur l'art d'être grand-père ?
Amicalement

Stéphane

BORDENAVE Christophe 04/11/2012

Votre article sur les taupes a le mérite de dire quelques informations essentielles et c'est très bien. Vous encouragez tout le monde à les chasser lui-même.

Cependant, n'oublions jamais que ces animaux, à défaut d'une bonne vue, ont un flair très développé. Il est indispensable de travailler avec des gants pour ne pas tucher directement les pinces
putange (pièges en photo sur vos articles). Ne pas se parfumer est aussi urile....

Quant aux pièges putange, il ont tous la même dimensio au niveau de la partie recourbée. C'est bien de fixer le carré qui fait aussi 23x23mm. Par contre, avant de les utiliser, il faut les enterrer
trois semaines pour les oxyder et leur faire perdre toute odeur. Voyez que la notion d'odorat revient en chef de ligne. L'utilisation de pince neuve est impossible car le carré glisse sur le métal
neuf et la pince se déclenche d'elle-même.

Vous parlez de qurtier résidentiel, on a plus communément l'occaion de parler de galerie principale, endroit de piégage effectivement.

Cette méthode de piégage traditionnelle est de loin la meilleure mais elle requiert patience...car les méthodes charlatanesques telles que fumigènes, pétards, ultasons ne sont efficaces qu'à 7% et
sont coûteuses, à un point scandaleux.
Dernier truc, la taupe n'est pas hémophile....il faut arrêter les mythes et légendes en tout style. Elle met bas en avril de manière placentaire, donc en perdant du sang. Et pourtant les
populations de taupes n'ont cessé d'augmenter depuis l'interdiction de la taupicine sur le marché.

On peut trouver entre 5 et 30 taupes à l'hectare...les agriculteurs la considèrent comme un fléau dans les prairies au moment des foins, car les lames prennent mal et la terre dans les
fourrages...ce n'est pas terrible.

Voilà, et bien bonne chasse à la taupe.
Bon courage aux taupiers.

De Mol 02/04/2014

très intéressant tout celà. Komplitziert néanmoins chacun ayant ses trucs et méthodes. voire pour d'autres leur petits secrets. Grand merci pour cette initiation......Intéressante l'idée de raccourcir les "dents" du piège Putange. je retiens également l'idée du fer à béton mais suis dubitatif sur le moyen de trouver ainsi les galeries. (problème de souplesse du fer notamment). J'ai quant à moi réussi à attrapper mes premières taupes grace au livre de M Dormion puis ensuite échec.....Pour les premières taupes, les galeries étaient sous la taupinières à peu de profondeur. Puis échec pour la nouvelle taupe......je creusais sous les taupinière sans trouver de galeries en dessous à la profondeur habituelle. Je retiens également l'idée que la galerie principale peut être plus profonde. J'ai du mal à comprendre la présence de taupinière et l'absence de galeries à faible profondeur. D'aucuns préconisent la recherche des galeries à l'aide d'outils divers. Problème: l'outil finit toujours par s'enfoncer, on creuse et bien-sûr pas de galerie mille sabords................Vos commentaires seront les bienvenus.

Merci par avance

De Mol

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog